Construction paracyclonique, bâtiment résistant aux cyclones, normes : La construction paracyclonique repose sur la conception de bâtiments résistants aux cyclones. Dans les départements et territoires français d’outre-mer, les bâtiments publics doivent être aux normes paracycloniques

consultations depuis 2009 | Mise à jour le 16/09/2014 | Plan du site
0 811 880 321
Contact   Ami
>
>
>
> Construction paracyclonique

Construction paracyclonique : Construire des bâtiments résistants aux cyclones


Bookmark and Share Diminuer la taille Agrandir la taille Envoyer à un ami Imprimer

CatégorieL'actualité de l'immobilier

ChapitreInformations nationales


Construction paracyclonique
Construction paracyclonique : bâtiment résistant aux cyclones

Le principe de la construction paracyclonique ou anticyclonique repose sur l’édification de bâtiments spécialement conçus pour résister au passage de cyclones.
Dans certaines régions tropicales, le passage régulier de cyclones peut en effet provoquer des dommages extrêmes pouvant entraîner la destruction des maisons et bâtiments situés dans la zone cyclonique (pluies diluviennes, rafales de vent, inondations, glissements de terrain, débris transportés par le vent ou les rivières).
S’il arrive qu’une construction paracyclonique ne résiste pas à tous les aléas provoqués par un cyclone, sa structure doit toutefois permettre d’éviter ou de minimiser les préjudices humains. La construction paracyclonique doit également offrir une résistance mécanique maximale (ossature rigide et structure flexible) pour un coût maîtrisé.

Construction paracyclonique, normes

S’il n’existe pas à proprement parler de normes, la construction paracyclonique doit respecter certaines règles anticycloniques selon la législation en vigueur. Selon le pays ou la région et suivant le risque, les constructions anticycloniques courantes doivent résister à des pressions de vent variant entre 120 à 250 km/h, aux débris aériens et à la pluie. La construction paracyclonique doit améliorer la résistance générale du bâtiment et répondre à trois grands axes de conception : la prise au vent, le contreventement et l'ancrage au sol.

  • L'effet prise au vent implique la réduction à 30 cm au maximum de la taille de dépassement de la toiture. La couverture en tôle ondulée doit être fixée à l'aide de tire-fond. La pente du toit doit se situer autour de 30°. Un système de volet paracyclonique doit être utilisé pour toutes les ouvertures, fenêtres et portes
  • Le contreventement assure la stabilité de l'ensemble de la structure composant la charpente (pan de béton, pan de fer, pan de bois). Il permet également de résister à la poussée du vent sur la toiture
  • L’ancrage au sol exige l'établissement d'une base profonde et épaisse pour que la structure de l'habitation puisse s'appuyer solidement sur la fondation

En France, la Guadeloupe, la Martinique, la Réunion, ainsi que Mayotte, la Polynésie et la Nouvelle-Calédonie sont particulièrement concernées par le risque cyclonique (zone 5).
Le non-respect des normes de constructions paracycloniques des bâtiments publics dans ces départements et territoires engage la responsabilité des constructeurs et les expose à des sanctions pénales.


Date de mise à jour : 01/07/2010


Et aussi sur le même thème :

Construction paracycloniqueBâtiment résistant aux cyclonesNormes construction paracyclonique

Comment traiter efficacement une toiture contre les mousses

Pour en savoir plus :
Construction paracyclonique : Construire pour résister au cyclone
Gel des loyers HLM en Guadeloupe. Regard sur l’immobilier guadeloupéen
Immobilier Martinique : Tendance du marché immobilier en Martinique
Prix immobilier Saint Denis de la Réunion
Maison flottante : Une maison adaptée aux risques d’inondation


2008-2014 Appelimmo. Tout droits réservés

Plus d'information sur la construction paracyclonique et l’ annonce vente maison :

Découvrez le journal
Créez une alerte
Passez votre annonce