Historiquement bas, les taux des crédits immobiliers repartent à la hausse dans certains établissements bancaires

consultations depuis 2009 | Mise à jour le 27/07/2016 | Plan du site
0 811 880 321
Contact   Ami
>
>
>
> Les taux des crédits immobiliers se redressent

Les taux des crédits immobiliers se redressent


Bookmark and Share Diminuer la taille Agrandir la taille Envoyer à un ami Imprimer

CatégorieL'actualité de l'immobilier

ChapitreImmobilier crédit


Taux crédit immobilier

Taux crédit immobilier : une hausse encore limitée

La baisse des taux des crédits immobiliers continue de faire parler d'elle en février. La moyenne s'établit actuellement à 3,10 % sur 15 ans contre 3,40 % sur 20 ans et 3,77 % sur 25 ans. Cela n'a pas empêché un petit nombre de banques de prendre la décision de relever leur taux en février, en partie à cause d'une légère hausse du taux d'emprunt d'État qui est passé de 1,94 % au mois de décembre à 2,52 % en début février.

Malgré ce renversement de la situation, Hervé Hatt, directeur général de Meilleurtaux.com, a assuré que le risque de voir cette tendance se généraliser est encore minime sachant que les OAT - Obligations assimilables du trésor - sur 10 ans sont toujours maintenues à leur niveau le plus bas actuellement. À cela s'ajoute l'annonce de la BCE de vouloir garder inchangé son taux de réescompte, établi à 0,75 % depuis le mois de juillet dernier, dans le but de soutenir les finances européennes ainsi que l'économie dans son ensemble.

La tendance à la renégociation se généralise

Devant cette situation un peu exceptionnelle, le nombre de particuliers qui veulent renégocier leur crédit a connu un rebond significatif au cours de ces derniers temps. Le courtier en ligne Meilleurtaux.com a enregistré près de 300.000 demandes sur le seul mois de janvier, ce qui représente près de 50 % du nombre total de dossiers reçus par le courtier sur la période. Cependant, l'écart des taux doit être suffisamment important (entre 0,8 et 1 point) pour que le projet puisse être profitable, souligne Sandrine Allonier, responsable des études économiques chez le broker. Joël Boumendil du groupe ACE, de son côté, a laissé entendre que cette tendance au rachat de crédit ne prendra pas fin tant que les taux seront maintenus à leur niveau actuel. En effet, il constitue une solution au surendettement. D'après des statistiques publiées par l'INSEE en décembre dernier, le nombre de dossiers de surendettement recevables en France a connu une hausse notable de 11,5 % en 2011 contre une baisse de 1,8 % en 2010, traduisant ainsi la vulnérabilité économique des ménages français.

Des taux immobiliers très disparates

En dépit de ces taux très bas, il semblerait que la production de crédit immobilière soit actuellement dans une phase de ralentissement. Directement en cause, les conditions d'octroi qui ont été durcies au détriment des ménages modestes qui se plaignent de la hausse de l'apport personnel. Par ailleurs, les taux sont très disparates d'une région à une autre. Alors que la moyenne sur 10 ans est de 2,60 % en Île-de-France, elle est limitée à 2,40 % sur la région ouest et sur la région sud selon une récente publication du courtier immobilier Immoprêt. Autre exemple, les prêts sur 15 ans se négocient à 2,70 % sur la région francilienne contre 2,60 % sur la région est. En janvier dernier, le taux moyen des crédits immobiliers a atteint un nouveau record de 3,16 %, soit 0,07 point de moins comparativement au chiffre publié en décembre.

Publié par l’équipe éditoriale de L’immobilier 100% entre Particuliers


Date de mise à jour : 12/02/2013


Et aussi sur le même thème :

Les taux immobiliers comme vous n’en avez jamais vu ! 


2008-2014 Appelimmo. Tout droits réservés

Découvrez le journal
Créez une alerte
Passez votre annonce
J'appelle pour vendre un bien