Les jeunes et les ménages les plus modestes peinent à accéder à la propriété

consultations depuis 2009 | Mise à jour le 17/04/2014 | Plan du site
0 811 880 321
Contact   Ami
>
>
>
> Achat logement

Achat logement : Les jeunes n’arrivent plus à devenir propriétaire


Bookmark and Share Diminuer la taille Agrandir la taille Envoyer à un ami Imprimer

CatégorieL'actualité de l'immobilier

ChapitreImmobilier France


Achat logement

Devenir propriétaire, un rêve de plus en plus difficile à réaliser

Si être propriétaire est le rêve de nombreux Français, pour les jeunes de moins de 35 ans et les foyers les plus modestes, ce souhait devient de plus en plus difficile à réaliser. Banques plus sélectives et exigeantes, notamment en termes d’apport personnel, disparition du prêt à taux zéro plus pour l’achat d’un logement ancien, baisse du pouvoir d’achat, économie en récession sont autant de facteurs qui excluent peu à peu du marché de l’immobilier ceux qui possèdent peu d’épargne. Et selon Michel Mouillard Professeur d’économie à l’Université Paris Ouest, « le bouleversement du marché, très probablement, ne va pas s’arrêter ».

La fin du PTZ+ dans l’ancien, un coup de massue pour les primo-accédants

La suppression, depuis le 1er janvier 2012, du prêt à taux zéro plus pour l’achat d’un logement de plus de cinq ans est un coup dur pour les jeunes et les plus modestes. Si le dispositif reste actif pour l’achat d’un logement neuf, les différences de prix entre les logements neufs et les logements anciens ne permettent pas à cette catégorie d’acheteurs d’accéder à la propriété.

A type d’exemple, un studio de plus de cinq ans se négocie entre 2.510 et 3.470 euros le mètre carré à Montpellier. Le même produit neuf se vend entre 4.240 et 5.610 euros le mètre carré.

L’apport personnel, la clé du financement

Alors qu’un particulier déjà propriétaire qui vend son bien immobilier pour en acheter un nouveau dispose du produit de sa revente comme apport personnel, les jeunes et les ménages les plus modestes ne disposent souvent pas d’une épargne suffisante pour décrocher un crédit. En raison de la crise de la zone euro et des accords de Bâle, les banques sont en effet très attentives au dossier de leurs clients et n’accordent des prêts qu’à ceux qui justifient d’un apport personnel conséquent en plus d’une situation professionnelle stable. En avril 2012, l’apport personnel moyen représentait 28.6% du coût de l’opération alors qu’il était de 24.7% en 2011. Cette hausse du montant de l’apport s’explique par le fait que la plus grande partie des acquéreurs sont actuellement des personnes déjà propriétaires qui disposent par conséquent d’une mise de fonds et qui préfèrent puiser dans leurs économies plutôt que de s’endetter trop lourdement en raison de la crise. « La suppression du PTZ+ a fait sortir du marché toute une partie des ménages, les plus modestes, ce qui a un effet mécanique sur le taux d’apport », explique Michel Mouillart.


Date de mise à jour : 09/05/2012


Et aussi sur le même thème :

Marché immobilier France : Les acheteurs ont le marché en main 

Abbé Pierre logement : Se loger est devenu difficile pour plus de 3 français sur 4 



Pour en savoir plus :

Aide à l’accession : devenir propriétaire grâce à différentes aides, c’est possible 

Achat immobilier, jeunes : Les jeunes évincés du marché 

Budget logement : 55% des Français consacrent au moins un tiers de leur revenu à leur logement 


2008-2014 Appelimmo. Tout droits réservés

Plus d'information sur l’ immobilier particulier.

Découvrez le journal
Créez une alerte
Passez votre annonce